STEP Principe

 

Principe de fonctionnement d'une STEP

Principe de la STEP
STEP Crédit ecosources.info
L'eau est turbinée aux heures de pointe depuis la retenue amont (Serre-Ponçon) ou les retenues intermédiaires, jusqu'au bassin aval de Saint-Chamas.
L'eau est remontée inversement aux heures creuses en utilisant l'électricité renouvelable surabondante.
La chaîne fonctionne donc à volume constant et l'eau qui tombe sur le bassin versant de la Durance, retrouve son cours naturel.

Les équilibres et potentiels détruits par le détournement de l'eau sont rétablis.

La chaîne est alors un atout majeur pour la transition énergétique : elle libère totalement le potentiel des énergies renouvelables en leur ouvrant un débouché permanent à leur production.

Vous trouverez quantité de videos sur internet qui expliquent le fonctionnement, par exemple chez EDF

Le détournement de l'eau de la Durance

L'arbre de vie Durance est saigné à blanc par le détournement de son eau.

Débits de la Durance
Débits naturels et actuels de la Durance

Décidé par la loi 55-6 du 5 janvier 1955, l'aménagement global de la Durance a été confié à EDF qui l'exploite. Cet aménagement est caractérisé par le détournement de l'eau de la rivière  dans un canal usinier, depuis Serre-Ponçon et Sainte Croix du Verdon, jusqu'à l'étang de Berre.

Les diagrammes des débits avant et après détournement, illustrent la subordination de la gestion de la rivière et de son eau, à la production hydroélectrique.

Les affairistes exploitent l'assèchement de la rivière pour cultiver le mythe de la « rivière domptée » qui justifie l'urbanisation de son lit et l'ouverture de carrières à ciel ouvert dans celui-ciqui mettent- au jour les nappes alluviales entrainant leur abaissement et leur pollution.

Après 50 ans d'exploitation, les conséquences du détournement de l'eau de la Durance sont incontestables : totalement opposées aux objectifs du SDAGE 2016-2021, et les Directives cardes sur l'eau pour les eaux de surface, souterraines, littorales, ainsi que pour la sécurité.

Ces conséquences sont aggravées par le changement du climat et elles l'aggravent en retour.

NB. L'augmentation du débit actuel à partir de Mallemort, (bleu clair) est due à la restitution à la rivière, de l'eau indésirable dans l’Étang de Berre en vigueur depuis décembre 2006. Cette limitation des rejets dans l'étang fait suite à la condamnation de la France par la Cour Européenne de Justice saisie par le mouvement associatif indépendant. Condamnation « pour la pollution massive et prolongée de l'étang de Berre par le centrale de Saint-Chamas » : infraction à la Convention de Barcelone. 

Inventaire des méfaits du détournement de l'eau de la Durance.

Rivière dégradée, hors d'usages et nappes associées dégradées, eaux impropres à la consommation.

Le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) suit et publie régulièrement l'état des nappes souterraines

Étang de Berre perturbé

Il reçoit encore 1200 millions de m³ par an, qui nuisent à la qualité marine de son eau.
Les 1200 millions de m³ d'eau douce jetés dans l'étang - et qui le dénaturent - sont eux-mêmes dénaturés, gaspillés, car ils ne servent qu'à la production de quelques KWh, hors toute autre fonction de l'eau.

Gaspillage gigantesque d'eau douce

1200 millions de m³ par an encore déversés dans l'étang, c'est 4 fois la              consommation annuelle des 5 millions d'habitants la région PACA !

La Durance plus dangereuse que jamais

La « Société Grenobloise d'Études et d'Aménagements Hydrauliques », SOGREAH note que, privée d'eau, la Durance est plus dangereuse que jamais ; page 3 du rapport de juin 2001 : « les crues exceptionnelles restent proches de leur état naturel. L'absence de crues ordinaires les rend d'autant plus dangereuses ».
Le rapport SOGREAH est consultable sur Internet.
Même en dehors des crues, la Durance est plus dangereuse que jamais car elle est soumise à des « lâchers »  qui perturbent gravement la vie aquatique et littorale de la rivière…

Bétonnage et endiguement effrénés

Circonstances aggravantes de l'insécurité : les aménagements en zones inondables et la construction de digues à un rythme effréné qui a permis d'établir un record du monde avec 3 km de digue pour 1 km de rivière…

Recul du littoral

La Durance aménagée n'apporte plus au Rhône les matériaux solides (70% du total charrié par le fleuve) avec lesquels le courant Provençalo-Ligure a construit le littoral méditerranéen. En 50 ans, pour la seule Durance, suivant les données concordantes de l'Institut de Géographie d'Aix en Provence et celles du « Rhône en 100 questions », le déficit est de 400 millions de m³ : une digue trapézoïdale de 200 m grande base, 100m petite base, 13 m de haut et 200 km de long… Résultat, le littoral recule, la mer avance dans les terres, de la Camargue aux Pyrénées Orientales. Menace permanente et avancée inexorable aussi longtemps que le charriage nourricier du littoral ne reprendra pas.

Spoliation des populations, de la Durance à l'étang de Berre

Facteurs complémentaires de dégradation.

Endiguements, aménagements en zone inondable, pollutions de l'eau, essartages dévastateurs, réduisent gravement la quantité et la qualité de la ressource en eau de Durance ; ils interdisent les loisirs dans cette rivière.

Le changement climatique ajoute ses méfaits à ceux de la gestion calamiteuse de la Durance et de son eau .

On trouve des dizaines d'études sur l'évolution de la ressource en eau en Provence Alpes Côte d'Azur. Elles sont corrélées avec le changement du climat et en particulier son réchauffement. Toutes ces études concluent à une diminution de la ressource brute. Commanditée par l'Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse, la dernière a été rendue publique en décembre 2014.

Dans leur rapport, cité par « Le Dauphiné » du 03 décembre 2014, les experts du climat déclarent :
« Si rien n’est fait, le Rhône perdra 30 % de son débit d’ici 2050 à cause du changement climatique. Avec des conséquences désastreuses sur l’agriculture et le fonctionnement de l’industrie, et d’abord les centrales nucléaires. ».

La Durance fait partie du bassin rhodanien ; elle est incluse dans cette prévision : la prévision de réduction de l'étiage Durance est de 50 % en 2050. Voir Science et Vie nov 2015.

Les pouvoirs publics jouent le statu quo.

Aucun document public ne remet en cause le détournement de l'eau de la Durance.
Pire : pour sauver l'étang de Berre, certains préconisent de dériver le canal EDF depuis la centrale de Saint-Chamas, jusqu'au Rhône. Outre son coût prohibitif, ce chantier pharaonique détruirait de nouveaux biotopes et pérenniserait le détournement de l'eau de la Durance et ses méfaits mortifères. Il ne profiterait qu'au BTP…

Les pouvoirs publics du bassin Rhône engagent actuellement une démarche d'élaboration d'un « Schéma d'Aménagement et de Gestion de l'Eau », le SAGE Durance, prévu pour 2018. Première étape la constitution d'une « Commission Locale de l'Eau », une CLE, en 2017.

Feuille de route Durance 2016 – 2018 - DREAL Paca
Présentation de l'EPTB Durance - L'eau dans le bassin Rhône

Candidat à la participation à ces structures, L'Étang Nouveau a reçu pour réponse, de se rapprocher d'une structure associative « représentative »… En l’occurrence une structure qui ne préconise pas la mesure clé « la restitution de son eau à la Durance ». Et qui ne saurait donc nous représenter.

Il faut dire que ce « dégagement en touche » ne nous surprend pas. Déjà pour l'étang de Berre, notre revendication de réduction des rejets EDF ne plaisait pas aux tenants de la « dérivation ». Nous avons donc été exclus du « Groupement d'Intérêt Public pour la Réhabilitation de l'Étang de Berre », le GIPREB. Qui ne sert qu'à gaspiller l'argent public pour des études incessantes de la fameuse dérivation.
Et malgré cet ostracisme, nous avons contribué à la réduction des rejets EDF qui permet à l'étang de retrouver une vie marine. Une renaissance qui ne doit donc rien aux élus.

Les pouvoirs publics jouent le statu quo. Statu quo porteur des risques majeurs : dangerosité accrue de la Durance transformée en oued, assèchement du bassin versant, risque de pénurie d'eau déjà annoncé avec le changement du climat, réduction de la production hydroélectrique, recul du littoral.

La STEP Durance

Transformation de la chaîne Durance en STEP

Structure en escalierLa chaîne hydroélectrique Durance capte 90% de l'eau de pluie tombant sur le bassin versant de la rivière dans le but exclusif de produire de l'électricité.
La structure en escalier de cet équipement permettrait de le transformer en « Station de Transfert de l'Énergie par Pompage », STEP ou « système pompage-turbinage ».
La centrale de Saint-Croix fonctionne déjà, et depuis sa construction, en STEP entre les lacs de Sainte-Croix et Quinson.

En plus de l'augmentation de sa production électrique, cette transformation aurait de multiples bénéfices.

Pour fonctionner en STEP, il faut :

  • Une retenue amont d'où l'eau descendra dans la retenue aval en étant turbinée pendant les heures de pointe
  • Une retenue aval où l'eau sera pompée et envoyée dans la retenue amont pendant les heures creuses
  • Une centrale équipée de turbines et de pompes ou équipée de turbines réversibles.

Pour la transformation de la chaîne Durance en STEP :

  • Les retenues amont existent
  • Le bassin aval dans l'étang de Berre doit être construit en application de la Convention d'août 1996
  • La transformation de la chaîne Durance en STEP implique uniquement d'équiper les centrales pour la remontée de l'eau en heures creuses.
Une STEP fonctionne à volume d'eau constant. L'eau de pluie tombant sur le bassin versant de la rivière, retrouve son cours naturel. Les perturbations provoquées par son détournement, sont annulées ou fortement réduites.
Les avantages de la STEP-Durance :
L'eau de la Durance retrouve son cours naturel ; les équilibres perturbés ou détruits par son détournement sont rétablis.
Quelles que soient les sécheresses à venir, la chaîne Durance garde toute sa puissance de pointe, 2000 MW, alors que les sécheresses actuelles la réduisent fortement ;
La STEP libère totalement le potentiel des énergies renouvelables en offrant un débouché permanent à leur production ; elle est un atout majeur de la transition énergétique.
Le charriage des matériaux solides reprend et l'érosion du littoral est freiné sinon bloqué.

Des avis compétents favorables à la STEP Durance

La Mission Interministérielle Durance, (5 ingénieurs généraux), Mission que nous avons rencontrée en 2002 et à qui nous avons présenté notre proposition de STEP-Durance, écrit dans son rapport, rapport Pierre Balland  22 août 2002, page 28 : « ...la filière pompage-turbinage mérite, selon la Mission, un examen approfondi... ».

Cours du brut en US$
Cours du brut en US$ coursdupetrole.com

Les données du Rapport sur les perspectives de développement de la production hydroélectrique en Francerapport F. Dambrine de mars 2006 sur l’intérêt des STEP en fonction du prix du pétrole, vont dans le même sens. p 30 : « la STEP devient intéressante si le baril de pétrole atteint durablement 40 euros »

Malgré ces avis compétents favorables, malgré nos demandes multiples, l'étude de faisabilité de la STEP n'est toujours pas faite !
Refusant de voir les conséquences du détournement de l'eau de la Durance, les pouvoirs publics occultent notre proposition de STEP-Durance.

Du bon usage des fonds publics

Depuis sa création en 2000, le Groupement d'Intérêt public pour la Réhabilitation de l'Étang de Berre, GIPREB, enchaîne étude sur étude pour une dérivation du canal usiner EDF qui amène l'eau de la Durance dans l'étang de Berre. Il gaspille ainsi les fonds publics pour l'étude d'une dérivation qui ne se fera pas. Qu'il ne faut pas faire !
Les énormes travaux pour enrayer l'érosion du littoral de la Camargue aux Pyrénées Orientales coûtent de plus en plus cher. La transformation de la chaîne Durance en STEP, qui permettrait à la rivière de reprendre son charriage constructif, coûterait moins cher que les travaux d'ensablement récurrents des plages détruites.

Le bon usage des fonds publics, l'arrêt des gaspillages, commandent aux deux régions concernées – PACA et Occitanie – de faire l'étude de faisabilité de la STEP-Durance et de réaliser cette STEP bénéfique pour les deux Régions. Confirmeront elles que « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée » ?
 

L'aménagement hydroélectrique

La Durance et son aménagement hydroélectrique.

La Durance prend sa source à Montgenèvre (05), sur les pentes du Sommet des Anges. Elle rejoint le Rhône à Avignon, après un parcours de 310 km et un dénivelé de 2200m, traversant 5 des 6 départements de la région. Ses principaux affluents sont l'Ubaye, le Buech, la Bléone et le Verdon.
De tout temps les hommes ont exploité cette ressource pour les besoins en eau, les transports, l'énergie. On peut dire de la Durance qu'elle a été – elle est encore – l'arbre de vie de la région PACA.

Aménagement EDF de la Durance
L'aménagement hydroélectrique Durance-Verdon

Mais si, au cours des siècles, l'exploitation de ses ressources s'est faite sans dommage pour la rivière et les écosystèmes associés, tout change au milieu du 20ème siècle.

Décidé par la loi 55-6 du 5 janvier 1955, l'aménagement hydroélectrique de la Durance est caractérisé par le détournement de son eau dans un canal usinier, depuis Serre-Ponçon et Sainte Croix du Verdon, jusqu'à l'étang de Berre. Les conséquences sont très préoccupantes…

L'arbre de vie est saigné à blanc

La Durance, arbre de vie de la région PACA

  • La Durance fournit 75% de l'eau consommée en PACA.
  • Elle produit 40% de l'électricité produite en région ;
  • Elle a fourni au Rhône 70% des matériaux solides constitutifs du littoral, de la Camargue aux Pyrénées Orientales ;
  • Elle a un potentiel de vie et de loisirs exceptionnel… inexploité.

Un arbre de vie saigné à blanc…

Effectif depuis plus de 50 ans, le détournement de l'eau de la Durance dans le canal usinier EDF, draine et assèche le bassin versant de la rivière.

Assèchement aggravé par trois autres facteurs induits par ce détournement :

  • la dévastation du lit de la rivière : extraction des matériaux, endiguement effréné, urbanisation du lit majeur,
  • le déboisement de son bassin versant pour les besoins de E.ON Gardanne,
  • la déprise agricole et la modification des pratiques culturales.

Et un climat plus chaud, plus sec, plus brutal

Les méfaits de la gestion actuelle de la Durance de son eau, sont aggravés par le changement du climat : plus chaud, plus sec, plus brutal.
Les experts prévoient une diminution de 50 % de l'étiage de la Durance d'ici 2050 : pluie et enneigement réduits, fonte accélérée de la neige et des glaciers.

Le statu quo est porteur de risques majeurs

Transformation de la Durance en oued ;
Désertification aggravée de la région ;
Menace de pénurie d'eau…
Réduction corollaire de la production hydroélectrique ;
Érosion continue du littoral de la Camargue aux Pyrénées Orientales.

Il est impératif - et possible - de freiner ce processus mortifère.

En particulier, pour ré-engraisser le littoral avec les matériaux solides charriés par la Durance, fournisseur primordial, deux mesures s'imposent :

  1. l'arrêt des prélèvements de ces matériaux dans son lit ;
  2. la restitution de son eau à la rivière permettant la reprise de sa fonction de charriage par la transformation de la chaîne hydroélectrique en STEP, « Station de Transfert de l'Énergie par Pompage ».

Sans oublier la lutte générale contre le réchauffement climatique.

La STEP

Article sur la STEP

Plus d'articles...

  1. CADE
  2. Grand Saut